Category: COMMUNIQUÉS & ANNONCES DE PRESSE

La légalisation du cannabis, une vraie opportunité pour le développement des investissements

La légalisation de la culture du cannabis à des fins licites, médicales et industrielles constitue une vraie opportunité pour le développement des investissements autour de cette activité, a souligné le directeur général du Centre régional d’investissement de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima (CRI-TTA), Jalal Benhayoun.

« La publication de la loi n° 13-21 relative à l’usage licite du cannabis à des fins médicales, pharmaceutiques et industrielles constitue aujourd’hui une vraie opportunité pour le développement des investissements autour de cette activité« , a relevé M. Benhayoun, dans une déclaration à la MAP, faisant savoir que l’objectif de cette nouvelle disposition réglementaire est de créer un cadre légal permettant le développement des filières du cannabis médical et industriel conformes aux engagements internationaux du Royaume.

Il s’agit également de saisir rapidement les opportunités offertes par le marché du cannabis, en attirant des opérateurs d’envergure internationale et en soutenant l’investissement dans la transformation et la fabrication de produits à base de cannabis, et de reconvertir progressivement ces cultures destructrices de l’environnement en des activités légales, durables et génératrices de valeur et d’emploi, a-t-il noté. Le responsable a assuré que ce vaste chantier permettra un développement socio-économique durable sur les territoires concernés, notamment à travers la reconversion progressive des paysans traditionnels engagés dans ces cultures dans des activités légales, respectueuses de l’environnement et génératrices de revenus décents, et leur organisation dans le cadre de coopératives prévues par la loi n°12-21 leur permettront de bénéficier des actions de soutien, de conseil et de formation de la part de l’Agence nationale de réglementation des activités relatives au Cannabis (ANRAC) et du ministère de l’Agriculture.

A cela s’ajoutent l’amélioration des conditions de vie de la population engagée dans cette culture, et l’installation d’unités de transformation et de fabrication de produits à base de cannabis à proximité des zones de culture, permettant la création d’emplois et la dynamisation de l’économie locale, a-t-il fait observer, relevant qu’il sera procédé au développement de cultures alternatives et d’activités non agricoles, au profit des paysans qui ne pourront pas intégrer le programme du cannabis licite pour des raisons liées à la taille du marché au démarrage.

M. Benhayoun a affirmé que le CRI, eu égard aux missions qui lui sont confiées dans le cadre de la loi 47-18, à travers la contribution à la mise en œuvre de la politique de l’Etat en matière de développement, d’incitation, de promotion et d’attraction des investissements à l’échelle régionale, et l’accompagnement global des entreprises, œuvrera, aux côtés de l’ANRAC et de l’écosystème d’investissement régional, pour la préparation d’une offre territoriale intégrée et attractive relative à l’ensemble des opportunités d’investissement liées aux différents usages licites du cannabis, ainsi que l’assistance et l’accompagnement des investisseurs pour bénéficier des incitations et des programmes d’appui à caractère national, régional ou territorial.

Le CRI, a-t-il ajouté, s’efforcera aussi à assister et accompagner les investisseurs dans leurs démarches administratives, dans le cadre de la commission régionale unifiée d’investissement ou auprès des autres organismes compétents pour l’obtention des autorisations requises par la réglementation en vigueur, et à contribuer à la stimulation de l’innovation dans ce secteurs, à travers les initiatives d’open innovation collectives lancées par le centre à l’instar du Territory Development Challenge, en plus de l’arbitrage et la conciliation, en vue d’aboutir à un règlement à l’amiable des différends qui pourraient opposer les investisseurs dans le secteur aux administrations et organismes publics concernés, lors de la réalisation ou de l’exploitation de leurs projets d’investissement.

M. Benhayoun a, par ailleurs, précisé que l’exercice de cette activité liée à la culture du cannabis à des fins licites est soumis à certaines conditions prévues par le cadre réglementaire, à travers l’ANRAC, qui se charge de la réglementation et le contrôle de la filière du cannabis, la réglementation du secteur du cannabis licite conformément aux engagements internationaux du Royaume, l’instauration d’un système rigoureux de traçabilité et de contrôle des activités, le développement de la filière du cannabis et soutien aux investissements, et du démarchage des opérateurs d’envergure internationale de l’industrie de transformation et de fabrication du cannabis.

L’Agence a également pour missions l’encouragement et le soutien de l’investissement dans les activités de transformation, l’organisation et le développement des différents maillons de la filière allant de la production de la semence à la commercialisation du produit fini, le soutien de la recherche scientifique afin de promouvoir l’usage du cannabis licite, l’accompagnement des opérateurs, le suivi sur le terrain de toutes les opérations portant sur le cannabis, la facilitation des démarches administratives en coordination avec les autorités administratives concernées, et la contribution à reconvertir les activités actuelles en des activités licites, durables et génératrices de revenus, avec un souci particulier de protection et de promotion du patrimoine national, a-t-il ajouté.

Le responsable a indiqué que le CRI-TTA et l’ANRAC travaillent en concertation avec l’ensemble de l’écosystème pour asseoir un plan d’action à la fois pragmatique et agile, en vue de permettre une meilleure mise en œuvre de ce programme dans les territoires de la région concernés.

Avec MAP

Source: maroc-diplomatique.net

Read More

Inauguration de la nouvelle plateforme logistique de Emirates Logistics à la TAC

Après sa 1ère plateforme logistique à MEDHUB Emirates Logistics inaugure, ce vendredi 10 juin, son deuxieme centre logistique à Tanger Automotive City 2.

 

Ce nouveau site à Tanger, d’une surface de 14.500 m2, va créer 100 nouveaux emplois.

Il a pour objectif de fournir des solutions de logistique « juste à temps », principalement pour le secteur automobile mais aussi pour d’autres industries.

Read More

La Compagnie Industrielle des Fibres vient d’inaugurer l’extension de son usine à Tanger.

L’un des objectifs est d’accompagner le secteur agricole marocain, dont la grande majorité de la production est commercialisée dans des sacs fabriqués par la CIF.

Mais il s’agit aussi de chercher de nouveaux débouchés en se lançant la fabrication des emballages flexibles et des sacs à fond plat. C’est dans le nouveau bâtiment d’une superficie de 5000 m2 que les emballages flexibles sont produits 24 heures sur 24 avec une équipe de 30 personnes qui sera étoffée par la suite.

Le total des employés atteint actuellement les 700 employés. Ce sont déjà̀ 12 tonnes qui sont produits au quotidien dans ce nouveau bâtiment et d’ici 2025, la CIF vise à atteindre un volume de 45 tonnes d’emballages par jour.

La Compagnie Industrielle des Fibres vient aussi se lancer dans l’autoconsommation avec un parc photovoltaïque installé́ en 2021 composé de 6.800 panneaux d’une puissance totale de 2 700 KW.

Ce dernier s’affiche aujourd’hui comme le 1er parc privé photovoltaïque du Maroc en termes de puissance, selon la société.

Répartis sur 2 ha de terrain, les panneaux solaires permettent de couvrir 22% de la consommation d’énergie de l’usine, ce qui représente 4,3 GW/an, soit l’équivalent d’une économie de près de 3 millions de DH par an.

Read More

La Région TTA, un leader en matière d’énergies renouvelables (DG du CRI)

La région Tanger-Tétouan-Al Hoceima (TTA) est devenue, aujourd’hui, un leader et une référence nationale en matière d’énergies renouvelables, grâce à ses 5 projets de parcs éoliens déjà opérationnels, a souligné le directeur général du Centre régional d’investissement (CRI-TTA), Jalal Benhayoun.

« La région TTA est devenue aujourd’hui, grâce à son potentiel éolien (avec une vitesse moyenne des vents de 9 m/s à 40 m/s) et solaire (avec un taux d’ensoleillement de 300 jours par an), un leader et une référence nationale en matière d’énergies renouvelables, à la faveur de ses 5 projets de parcs éoliens déjà opérationnels avec une puissance globale de 360 MW, soit 13% de la puissance installée au Maroc, avec un investissement global dépassant les 8 milliards de dirhams », a relevé M. Benhayoun, qui intervenait lors d’un séminaire organisé vendredi à Tanger, sous le thème « Les énergies renouvelables au service de la décarbonation des industries exportatrices ».

Cette performance est due également au nouveau parc en cours de réalisation, notamment le parc photovoltaïque de Tanger, qui sera installé sur une surface d’environ 72 ha avec une puissance de 30 MW, et dont les panneaux sont fabriqués à Al Hoceima par un groupe américain, a-t-il fait savoir, notant que les éoliennes sont aussi fabriquées à Tanger Automotive City (TAC) par la société Siemens Gamesa.

Le responsable a indiqué que ces différents investissements trouvent leurs justifications aussi dans les besoins accrus en énergie, générés par la croissance économique et la réalisation d’infrastructures de taille au niveau de la région TTA, qui est considérée aujourd’hui comme le 2ème pôle industriel du Royaume avec une contribution au PIB national industriel à hauteur de 16,6%.

Il a, par ailleurs, estimé que la mise en place de la taxe carbone par l’Union européenne pénalisera en premier l’industrie régionale, puisqu’elle est principalement tournée vers l’export représentant plus de 80% du chiffre d’affaires régional, relevant que plusieurs entreprises au niveau régional ont déjà pris le chemin pour la décarbonation de leur processus de fabrication, dont l’usine Renault qui est depuis son entrée en activité est classée référence mondiale en matière d’excellence environnementale avec zéro émission carbone.

Aussi, plusieurs projets verts ont été lancés au niveau de la région, en l’occurrence la ville verte Chrafat sur 700 ha et la cité Mohammed VI Tanger Tech sur une surface de 2.100 ha, a-t-il poursuivi, soulignant que ces projets, qui seront alimentées principalement par de l’énergie renouvelable, sont de véritables exemples de la nouvelle stratégie menée par le Royaume, devenu un modèle à l’échelle internationale en matière de transition énergétique et écologique, grâce à la vision clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI.

M. Benhayoun a, dans ce cadre, invité les entreprises marocaines à adhérer rapidement à cette nouvelle exigence, à s’aligner avec les orientations du Royaume et à tirer profit des avantages de se joindre aux différents efforts déployés par l’ensemble des acteurs, pour créer un avenir résilient à faible émission de carbone, réitérant l’engagement du CRI, grâce à l’appui de ses partenaires, à accompagner ces entreprises dans toutes les démarches nécessaires pour l’aboutissement de leur projet « green », allant de la recherche de financement, à la mise en relation avec les fournisseurs potentiels jusqu’à la formation et la recherche des ressources humaines qualifiées.

Cette conférence-débat, organisée par l’Association marocaine des exportateurs (ASMEX), en partenariat avec Engie, Adiwatt et le CRI-TTA, s’inscrit dans le cadre des actions d’information et de sensibilisation menées par l’Association, et vise à présenter des mécanismes et outils concrets pour accompagner les entreprises marocaines, notamment celles exportatrices, dans leur transition vers la décarbonation.

Elle a été ponctuée par la présentation des solutions solaires et renouvelables et le partage d’expériences sur l’efficacité énergétique.

Source: MapTanger.ma

Read More

Tanger abrite le 1er salon international de recyclage et de gestion des déchets « RWM expo 2022 »

« Energie et Mines Mag », 1er magazine spécialisé dans l’énergie, les mines et le développement durable, organise la première édition du « Salon international de recyclage et gestion des déchets RWM expo », du 22 au 25 juin prochain, à Tanger.

Cet événement inédit, organisé sous l’égide des ministères de la Transition énergétique et du Développement durable, et de l’Industrie et du Commerce, et en partenariat avec le Centre régional d’Investissement de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, de la Mairie de la ville de Tanger, et de CGLU Afrique, porte l’ambition de « contribuer à l’effort collectif du Royaume du Maroc dans la mise en œuvre du modèle de développement durable dicté par les Orientations Stratégiques de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et les engagements internationaux de notre pays », indiquent les organisateurs dans un communiqué.

Il s’inscrit également dans la nouvelle stratégie du Maroc dans sa transition vers une économie verte et durable, grand chantier du Royaume, affirme la même source.

Le choix de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, et plus particulièrement la ville du Detroit pour abriter le RWM expo trouve sa pertinence dans l’essor exceptionnel que connaît cette région, devenue un pôle de croissance économique et un Hub logistique et industriel de 1er plan. C’est également l’occasion de promouvoir les efforts engagés, tant par les collectivités territoriales que par le tissu industriel de la région, dans ce secteur qui constitue l’un des piliers de l’économie circulaire et du développement durable.

Cette première édition œuvrera à fédérer l’ensemble des acteurs opérant dans le domaine de la gestion et la valorisation des déchets autour de thématiques liées au secteur : cadre institutionnel, réglementaire et financements, politiques territoriales, économie circulaire, opportunités de recyclage et valorisation des déchets domestiques et industriels, décarbonation de l’industrie, optimisation des process industriels pour moins de déchet, nouvelles technologies vertes, ainsi que formation, recherche & développement.

Résolument tourné vers le renforcement d’une coopération Sud-Sud dans le domaine de la gestion et la valorisation des déchets « RWM expo 2022 » s’est choisi pour sa 1ère édition, le Sénégal comme pays Africain hôte, avec la participation effective d’une grande délégation ministérielle conduite par le ministre de l’Environnement et du Développement durable, ainsi que celui du département de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène Publique.

La Côte d’Ivoire sera également hautement représentée par le ministre de l’Assainissement et de la Salubrité, ainsi que des opérateurs du secteur public et privé, fait savoir le communiqué.

Pays pionnier dans les problématiques liées au développement durable et plus particulièrement la gestion et la valorisation des déchets, la Suisse sera représentée par plusieurs institutions publiques et privées dont notamment, l’Office fédéral de l’Environnement, Réseaux environnement de Genève, Service Agenda 21 – Ville durable.

Cet événement professionnel constitue une plateforme d’échange d’expertise pour les acteurs et opérateurs du secteur, dans la perspective d’en faire le Rendez-vous incontournable de concertation nationale et internationale autour de la gestion et la valorisation des déchets, avec la participation d’une pléiade de conférenciers, consultants et experts qui animeront les panels & conférences prévu dans le cadre du programme scientifique du Salon.

Organisé sous format hybride, « RWM expo 2022 » permettra aux différentes cibles tant nationales qu’internationales, de s’enquérir des efforts sectoriels entrepris par les pouvoirs publics, de l’évolution des technologies et des bonnes pratiques dans ces domaines, ainsi que des perspectives de développement et de création d’emplois verts. Des activités ludiques et des visites de terrain dans la ville du Détroit sont également programmées.

En apothéose de cet événement international inédit, le Comité scientifique du Salon remettra les trophées de la première édition du RWM Awards, et qui vise à encourager et valoriser les efforts engagés et les initiatives innovantes portés par les acteurs locaux, les professionnels et le tissu associatif.

Source: Maptanger.ma

Read More

Tanger Med classé sixième port le plus efficace au monde, selon la Banque mondiale

Le port Tanger Med se classe sixième sur 370 ports dans l’Indice mondial de performance des ports à conteneurs, élaboré chaque année par la Banque mondiale. Tanger Med y devance tous les ports d’Afrique et d’Europe.

Par Amine Kadiri le 26/05/2022 à 12h55

Tanger Med n’en finit plus de truster les premières places des classements mondiaux des ports à conteneurs. Déjà premier port à conteneurs d’Afrique et de Méditerranée et dans le top 25 des plus grands ports à conteneurs du monde (23e mondial avec plus de 7,1 millions de conteneurs EVP traités en 2021), Tanger Med se classe cette fois-ci sixième port le plus efficace au monde, selon le très sérieux Global container port performance index (CPPI), dont l’édition 2022 vient de paraître.

Ce classement, réalisé chaque année par la Banque mondiale et S&P Global, évalue la performance des ports à travers le monde en fonction notamment du temps de chargement des navires.

Sixième de ce classement sur un total de 370 ports étudiés avec un 178,1 points, Tanger Med n’y est devancé que par le port Roi-Abdallah en Arabie Saoudite, qui se classe premier (217,9 points).

Le port de Salalah (Oman) est deuxième, et le port de Hamad (Qatar) est troisième.

Aux quatrième et cinquième rangs, on retrouve respectivement les ports de Yangshan (Chine) et de Khalifa (Emirats arabes unis).

Source: le360.ma

Read More

Al Hoceïma: vers l’installation de sept entreprises dans la zone d’activité économique d’Aït Kamra

Sept conventions ont été signées le jeudi 21 avril dernier, au Centre régional d’investissement de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, en vue de l’installation de projets d’investissement dans la zone d’activité économique d’Aït Kamra.

Par Hajar Kharroubi le 25/04/2022 à 14h38

La signature de ces conventions s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions de l’accord-cadre relatif au programme d’appui à l’investissement dans la région d’Al Hoceïma. Cet accord a été signé en décembre 2019 par le Centre régional d’investissement, la Préfecture d’Al Hoceïma, l’Agence pour le développement des provinces du Nord (APDN) et les Conseils provincial et régional. Il vise à fédérer les efforts des composantes de l’écosystème entrepreneurial en vue d’améliorer l’offre territoriale et accroître l’attractivité de la région.

 

Ces projets font partie des premières demandes ayant été approuvées par la Commission régionale unifiée de l’investissement, en plus d’autres projets en cours d’accompagnement par le CRI dans le but d’assurer leur installation dans la zone d’activité économique d’Aït Kamra en 2022, indique un communiqué du CRI.

Cette démarche s’inscrit dans le cadre d’un partenariat multilatéral basé sur une approche de relance intégrée, lequel vise à augmenter la capacité de cette région à attirer des projets d’investissement à valeur ajoutée qui lui permettront de répondre aux attentes de la population en créant des opportunités d’emploi pour les jeunes.

 

Quatre projets retenus, dans le cadre de cette première phase, relèvent du secteur de l’agroalimentaire, deux concernent le secteur des matériaux de construction et des travaux publics et un porte sur le secteur des services, souligne ce même communiqué.

 

L’initiation de ces projets sera exécutée selon un calendrier contractuel précis, sur une superficie totale de 2,5 hectares avec un montant d’investissement total de 65 millions de dirhams. Ils permettront la création de 650 emplois permanents pendant la phase d’exploitation.

Source: le360.ma

Read More

Démarrage de la Zone d’activités économiques d’Assilah

La première tranche de la zone d’activités économiques d’Assilah a été lancée, mardi, sur une superficie de 10 hectares incluant 44 lots industriels.

Ainsi, le wali de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Gouverneur de la Préfecture Tanger-Assilah, M. Mohamed Mhidia, accompagné du Directeur Général de l’Agence pour la Promotion et le Développement économique et social des préfectures et provinces du Nord du Royaume (APDN), a présidé au siège de la Wilaya de la région, une réunion consacrée au démarrage de cette zone d’activités économiques d’Assilah, d’une superficie de 10 ha incluant 44 lots industriels dont la superficie varie entre 700 et 5.000 m2 visant des activités industrielles, artisanales et commerciales à forte valeur ajoutée.

Lors de cette réunion, tenue en présence du Secrétaire Général de la Wilaya de la région, le Directeur Général du Conseil Régional d’Investissement (CRI), le Vice-président de la commune d’Assilah, le Directeur Régional des impôts ainsi que les représentants des services extérieurs et les investisseurs concernés, M. Mhidia a mis en avant le démarrage conséquent de la construction des usines, indique un communiqué de l’APDN.

M. Mhidia a aussi demandé à l’ensemble des partenaires concernés d’accompagner les investisseurs de bout en bout afin de faciliter leur implémentation dans la zone et de lancer dans l’immédiat un nouvel appel à manifestations pour les 23 lots restants.

Le démarrage intervient suite à l’achèvement des travaux d’aménagement, réalisés par l’APDN, en tant que maître d’ouvrage, de la première tranche de la zone d’activités économiques d’Assilah.

Dans le cadre des mesures de relance économique et de la promotion de l’emploi au niveau de la commune d’Assilah visant la redynamisation et la création d’emplois, la wilaya de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima en partenariat avec l’APDN, le Centre Régional d’Investissement (CRI) et la commune d’Assilah, avaient lancé en décembre dernier, un appel à manifestation d’intérêt au profit des industriels souhaitant s’installer au niveau de cette zone, explique la même source.

Suite à l’examen approfondi par une commission multipartite présidée par le CRI, 21 projets ont été sélectionnés, ayant répondu aux critères d’éligibilité pour l’installation à la zone économique d’Assilah, précise la même source.

Ces 21 projets répartis en 3 principaux secteurs à savoir : le textile, l’agroalimentaire et la chimie-parachimie, permettront la création de 7.000 emplois directs avec un montant d’investissement prévisionnel de 256 millions de DH.

Source: MapTanger

Read More

Mohamed Mhidia, wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima (TTA), a présidé le 30 mars dernier le 6e conseil d’administration du Centre régional d’investissement (CRI) de la région

En 2021, 14 nouvelles zones industrielles et zones économiques ont été étudiées et planifiées. Elles permettront de créer plus de 88.000 emplois.

Mohamed Mhidia, wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima (TTA), a présidé le 30 mars dernier le 6e conseil d’administration du
Centre régional d’investissement (CRI) de la région. Dans ce cadre, Jalal Benhayoun, directeur général du CRI TTA, a dressé le bilan
d’activité des réalisations au titre de l’année 2021. Il a fait savoir que le CRI TTA a contribué, aux côtés des autres acteurs concernés, au développement d’une offre territoriale industrielle et d’activité économique diversifiée dans toutes les villes de la région, à travers l’étude et la planification de 14 nouvelles zones industrielles et zones d’activités économiques sur une surface totale de 630 hectares. Elles ont nécessité une enveloppe budgétaire de plus de 2,7 milliards de dirhams et permettront de créer à terme plus de 88.000 emplois.
Réduction du délai moyen  d’instruction des dossiers d’investissement Concernant les travaux de la Commission régionale unifiée d’investissement (CRUI), 91 réunions ont été tenues au titre de l’année 2021. Au total, 307 projets ont été approuvés, soit 75% des projets examinés durant cet exercice, en progression de 68% par rapport à l’année 2020, pour un montant global de plus de 35 milliards de dirhams, soit une hausse d’environ 120%.

Ces projets vont générer à terme plus de 155.000 nouveaux emplois stables. Le délai moyen d’instruction des dossiers d’investissement est passé de 28 jours en 2020 à 8,3 jours actuellement.

Le CRI TTA a également « facilité les démarches administratives de création de 3.071 entreprises, soit une évolution de 30% par rapport à l’année 2020, à même de créer plus 8.700 nouveaux emplois stables », précise-t-il dans un communiqué.

S’agissant du Programme intégré d’appui et de financement des entreprises (PIAFE), Jalal Benhayoun a déclaré que depuis son lancement, 3.424 projets ont été financés pour un budget de 691 millions de dirhams. La région se situe à la 3e place au niveau national en termes de montants de financement.
Dans ce cadre, l’année 2021 a été marquée par l’élaboration de plusieurs guides, dont celui relatif au financement de l’entreprise, et
par l’organisation de caravanes ayant effectué 30 escales dans les villes de la région. Elles ont permis de rapprocher plus de 4.000 porteurs de projets.

Source: Media24

Read More

Convention de partenariat entre le CRI TTA et la CGEM TTA

Mercredi 30 mars 2022

Une convention de partenariat entre le Centre Régional d’Investissement de la Région de Tanger – Tétouan – Al Hoceima et la Confédération Générale des Entreprises du Maroc de Tanger Tetouan Al Hoceima (CGEM TTA) a été signée le mercredi 30 mars 2022 au siège du CRI TTA.

S’inscrivant dans la continuité des efforts des deux parties pour le renforcement de l’écosystème entrepreneurial et d’investissement, cette convention a pour objectif de tracer et de formaliser les modes de collaboration entre les deux cosignataires pour contribuer au développement économique de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

Elle vise aussi à favoriser le climat entrepreneurial à travers le déploiement d’actions d’accompagnement au profit des entreprises et des porteurs de projets, la création de pépinières et d’incubateurs d’entreprises et l’encouragement à l’innovation.
Les deux parties s’engagent à travers cette convention à unir leurs expertises et ressources, et converger leurs efforts, en parfaite synergie, au profit d’un développement économique
régional inclusif et résilient.

Read More