Category: COMMUNIQUÉS & ANNONCES DE PRESSE

Tanger Med: nouveau record en 2021, avec plus de 7 millions de conteneurs

Le complexe portuaire Tanger Med est bien parti pour consolider sa position de hub majeur pour les grandes alliances maritimes mondiales menées respectivement par Maersk Line, CMA CGM et Hapag Lloyd. Malgré la crise sanitaire qui persiste, la majorité de ses activités portuaires ont affiché une croissance soutenue au cours de l’année écoulée.

Majda Benthami.

Tanger Med Port Authority vient de dévoiler, ce mercredi 12 janvier 2022, les chiffres définitifs du bilan portuaire, arrêtés au 31 décembre 2021. Il en ressort que le tonnage global traité durant l’année échue est de 101,05 millions de tonnes soit une progression de 25% par rapport à 2020. Le port Tanger Med traite ainsi à lui seul plus de 50% de l’ensemble du tonnage global manutentionné par l’ensemble des ports du Maroc.

 

En ce qui concerne le trafic conteneurs, le complexe portuaire Tanger Med confirme son leadership en Afrique et en méditerranée, avec un total de 7.173.870 conteneurs EVP (Equivalent Vingt Pieds) traités en 2021, soit une progression de 24% par rapport à 2020. Une hausse qui s’explique par la montée en régime continue du port Tanger Med 2 après le démarrage successif des terminaux TC4 en 2019 puis TC3 en 2021, détaille le communiqué de Tanger Med Port Authority.

 

Le trafic des camions TIR (Transport international routier) affiche aussi une performance en hausse. En effet, le complexe portuaire a traité 407.459 camions TIR en 2021, en croissance de 14% par rapport à 2020. Un trafic qui a principalement été porté par la reprise des exportations industrielles, ainsi que par la bonne performance de la campagne agricole et des exports agro-industriels.

Quant au trafic des véhicules, un total de 429.509 véhicules neufs ont été manutentionnés sur les deux terminaux à véhicules du port Tanger Med en 2021, soit une hausse de 20% par rapport à l’année précédente, explique ce même communiqué.

 

Le trafic du vrac liquide a, de son côté, connu une augmentation de 9% par rapport à l’année 2020, enregistrant ainsi un trafic total de 8.744.900 tonnes d’hydrocarbures manutentionnés. Concernant le trafic du vrac solide, il a enregistré un total de 342.804 tonnes manutentionnées, en hausse de 13% par rapport à l’année 2020, porté par le trafic des bobines d’acier, des pales éoliennes et des céréales.

 

Le trafic des passagers a été fortement impacté par le contexte sanitaire. Ainsi, seuls 587.320 passagers ont transité par le port Tanger Med en 2021, en baisse de 14% par rapport à 2020. Quant au trafic maritime, 10.902 navires ont fait escale au port Tanger Med en 2021, en hausse de 12% par rapport à 2020. Le complexe portuaire a accueilli durant l’année écoulée près de 929 méga-ships (taille supérieure à 290 mètres).

Les performances réalisées pendant l’année 2021 affirment la position du complexe portuaire en tant que hub stratégique majeur, ainsi que son rôle-clé en tant que plateforme logistique privilégiée au service de la compétitivité logistique nationale. Ces réalisations résultent de la collaboration continue de l’ensemble des partenaires du complexe portuaire Tanger Med et notamment les armateurs, les concessionnaires, les autorités locales et les administrations concernées, conclut ce communiqué de Tanger Med Port Authority.

Source: le360.ma

                                                                            Bilan de l’activité portuaire pour 2021 © Copyright : Tanger Med

Read More

Équipements automobiles : une deuxième usine en 2023 pour Polydesign Systems

L’équipementier automobile Polydesign Systems, filiale marocaine de la multinationale américo-canadienne Exco Automotive Solutions, envisage de lancer en 2023 la construction de sa seconde usine sur un terrain de 14.000 m², limitrophe de son site historique à Tanger Free Zone. Pour un investissement de 82 millions de DH (hors foncier), cette nouvelle usine sera également spécialisée dans la conception et la production des pièces d’intérieur et des composants de sièges, à destination essentiellement des marchés européens, mais aussi américains, africains et asiatiques.

Moncef Ben Hayoun.

Le Maroc continue d’affirmer son attractivité pour les investisseurs étrangers. L’équipementier automobile Polydesign Systems, filiale de la multinationale Américo-Canadienne Exco Automotive Solutions, envisage de lancer une seconde usine au Maroc pour un investissement de 82 millions DH (hors foncier). Polydesign Systems, qui est implanté à la zone franche de Tanger, est spécialisé dans la conception et la production des pièces d’intérieur et des composants de sièges. «Fière d’avoir cru au potentiel du Maroc en tant que plateforme incontournable de l’industrie automobile et d’avoir participé au rayonnement du savoir-faire marocain à l’étranger, Polydesign entamera, en 2023, la construction de sa seconde usine destinée à la même activité, sur un terrain d’une superficie de 14.000 m², limitrophe de son site historique à la Tanger Free Zone (TFZ)», a déclaré au journal «Le Matin», Julianne Furman, directrice générale de Exco Automotive Solutions Europe et de Polydesign Systems. La nouvelle usine, dont le lancement était prévu l’année dernière et repoussée à 2023 en raison de la crise Covid, a pour objectif d’accroitre la capacité de production de l’équipementier et de gringotter de nouvelles parts sur les marchés cibles (l’Europe 80%, Maroc+Amériques + Asie 20%). Polydesign a démarré son activité au Maroc, en 2001, à travers un investissement Greenfield (création de filiale ex-nihilo par la maison mère) et l’établissement de sa première usine à TFZ. «Partenaire incontournable d’un large éventail de clients, dont Ford, Daimler, l’Alliance Renault Nissan, Stellantis, Audi, Volkswagen, Seat, IAC, SMRC, Faurecia, Yanfeng et Adient, pour ne citer que quelques-uns, Polydesign Systems fournit 126 destinations dans 24 pays à travers le monde, en Europe, en Amérique du Sud et du Nord, en Asie et en Afrique du Sud à partir de son site à Tanger», détaille Julianne Furman.

Ainsi, au cours des dix dernières années, Polydesign Systems a dépassé le cap des 200 millions de pièces livrées à ses clients pour un chiffre d’affaires global de plus de 300 millions d’euros. «Notre société remplit, aujourd’hui, pleinement les fonctions de siège européen et africain du groupe Exco Automotive Solutions Europe, depuis ses locaux à Tanger qui s’étalent sur une superficie de 20.000 m² et compte 2.000 collaborateurs», se félicite Julianne Furman. Selon sa patronne, l’équipementier automobile se positionne sur le marché grâce à ses capacités de développement et son intégration verticale qui couvre une panoplie de métiers clés tels que l’injection plastique, la coupe-couture, l’assemblage manuel et semi-automatique, le Gainage, le Netting, le volant et les pare-soleils. Polydesign Systems met à disposition de ses clients un accompagnement «Full Service Supplier» qui couvre en plus de la conception, les mesures 3D et plusieurs types d’essais mécaniques, climatiques et thermiques, à travers son Laboratoire certifié COFRAC, l’un des premiers établis au Maroc.

À noter que grâce à la succes-story de Polydesign Systems, le canadien Exco Technologies a décidé de lancer une nouvelle entité de production à l’Atlantic Free Zone de Kénitra. Baptisée Castool 90 SARL, cette entité a été inaugurée en novembre dernier pour un investissement de près de 50 millions de DH, destinée à la fabrication d’outils de moulage pour industrie automobile qui sera presque entièrement dédiée au marché européen. «Nous avons en effet convaincu la seconde Division du groupe Exco d’investir au Maroc pour desservir les clients de Castool Tooling Systems, en Europe, en Afrique et au Moyen Orient», précise Julianne Furman.

Source: lematin.ma

Read More

Renault Group Maroc inaugure une presse d’emboutissage de haute performance industrielle à l’usine de Tanger

Le coup d’envoi de la “Presse XL High Speed”, la nouvelle ligne d’emboutissage de haute précision technologique à l’usine Renault de Tanger, une première en Afrique, a été donné, vendredi, par le ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour et le directeur général de l’usine Renault Tanger.

Mohamed Bachiri.

La “Presse XL High Speed” est un outil de haute performance industrielle, une première dans la filière industrielle automobile en Afrique, a été dévoilé lors d’une cérémonie, qui s’est déroulée en présence notamment du Consul général de France à Tanger, du président du Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, du PDG de l’Agence spéciale Tanger Med, du président de la CGEM de la région du Nord, et du directeur du CRI.

Capable d’emboutir jusqu’à 21.000 pièces par jour, à une vitesse de 18 coups par minute, la “Presse XL High Speed” offre jusqu’à trois fois plus de performance comparée à une Presse XL standard, indique le groupe dans un communiqué.

“Avec ses performances exceptionnelles et sa compatibilité avec l’acier et l’aluminium, ce nouvel outil permettra de fabriquer des pièces d’emboutissage, telles que les côtés de caisse ou les portes, pour les modèles Dacia Sandero et Lodgy, et Renault Express fabriqués aux deux usines du groupe au Maroc , Tanger et Casablanca, ainsi que pour d’autres usines du groupe Renault dans le monde, contribuant ainsi aux objectifs d’intégration et au chiffre d’affaires des pièces sourcées localement”, souligne le groupe.

“Entre le Maroc et Renault, c’est une success story qui se poursuit. Aujourd’hui, nous en célébrons une nouvelle étape avec le lancement de la mise en place de la ligne d’emboutissage ‘Presse XL High Speed’, première en Afrique et cinquième à l’échelle mondiale, ainsi que la production du 2.2 millionième véhicule à l’usine Renault Tanger”, a souligné M. Mezzour, qui intervenait lors de cette cérémonie.

Ce sont des projets d’envergure qui ont réussi à défier les contraintes de la crise sanitaire et celles des composants électroniques, grâce à la mobilisation de tous: acteurs automobiles locaux, particulièrement le Groupe Renault Maroc, les pouvoirs publics et les différents partenaires et opérateurs du secteur, a fait savoir le ministre, soulignant le rôle moteur que joue l’écosystème Renault dans le développement d’une plateforme d’approvisionnement et une base d’exportation industrielle mondiale au Maroc.

“Avec l’industrialisation de nouveaux modèles de véhicules au Maroc, dont les véhicules électrifiés, le secteur automobile marocain entre à pas sûrs dans une nouvelle ère de son histoire marquée par la montée en puissance des compétences, de la technologie et de la décarbonation”, a-t-il lancé.

Pour sa part, M. Bachiri a affirmé que cette nouvelle presse vient renforcer davantage la compétitivité de Renault Group Maroc, tout en préparant son dispositif industriel pour l’avenir. “Notre usine est un projet d’envergure nationale. Elle est le fruit d’une vision et d’une forte volonté du Royaume du Maroc de se tourner vers l’avenir à travers le développement de son secteur industriel, où l’automobile occupe une place importante”, a relevé M. Bachiri, coordinateur du Pôle industriel Maroc et directeur de Renault Group Maroc, ajoutant “avec le lancement de la Presse XL High Speed, nous continuons de faire évoluer notre outil industriel vers plus de technologie et plus de performance”. “Plus que jamais, le Groupe Renault joue son rôle de locomotive de la filière automobile: aujourd’hui est un grand jour car nous donnons le coup d’envoi à la Ligne High Speed, la 1ère en Afrique”, a-t-il dit.

De son côté, le secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT) de l’usine Renault de Tanger, Mustapha El Hassani, a exprimé la fierté des équipes de l’usine du lancement de cette nouvelle installation de haute performance industrielle, notant que les réalisations de Renault Group Maroc en général, et de l’usine Renault de Tanger en particulier, ne font que renforcer la volonté du personnel d’aller de l’avant, de persévérer et de développer davantage leur productivité.

La “Presse XL High Speed” s’inscrit dans le cadre du développement de l’Ecosystème Renault et vient renforcer l’intégration locale de pièces d’emboutissage. Elle contribue également à la montée en puissance technologique de la base de production marocaine du groupe. Cette cérémonie s’est ensuite suivie d’une visite des installations industrielles de l’usine et en particulier le dispositif environnemental de l’usine de Tanger, une innovation mondiale dans le processus de production automobile. Mise en place dès le lancement de l’usine en 2012, la chaufferie biomasse permet d’approvisionner l’usine en énergie nécessaire au process industriel en utilisant des résidus de bois et de noyaux d’olives, un véritable réseau énergétique à très faible impact environnemental. Première usine dans l’industrie automobile mondiale conçue pour atteindre zéro émission de CO2 et zéro effluent industriel, l’usine Renault de Tanger contribue pleinement au développement durable de la région et s’inscrit en parfaite synergie avec la stratégie du Royaume de développer les énergies renouvelables et préserver l’eau: un exemple à suivre dans le cadre de la décarbonation de la filière automobile nationale.

Il convient de rappeler que Renault Group Maroc et le ministère de l’Industrie ont signé, le 27 juillet dernier, une convention qui fixe de nouveaux objectifs pour le développement de l’écosystème Renault portant l’objectif de sourcing local à 2,5 milliards d’euros dès 2025 et une cible de 3 milliards. Renault Group Maroc s’est également engagé à porter son taux d’intégration à un objectif cible de 80% à terme.

Source: lematin.ma

Read More

APM Terminals Tangier élu meilleur Terminal au monde pour l’année 2021

APM TERMINALS TANGIER, EST LE PREMIER TERMINAL DE TRANSBORDEMENT ÉTABLI ET EXPLOITÉ PAR LE CONCESSIONNAIRE NÉERLANDAIS APM TERMINALS (FILIALE DU GÉANT ARMATEUR MAERSK) DANS LE COMPLEXE PORTUAIRE DE TANGER MED. IL A ÉTÉ ÉLU PAR L’OPÉRATEUR PORTUAIRE APM TERMINALS « TERMINAL DE L’ANNÉE 2021 », PARMI 75 TERMINAUX DANS PLUS DE 40 PAYS.

Plusieurs facteurs ont contribué à cet exploit notamment la stabilité sociale dont jouit la société suite à l’accord social de 6 ans qui a été signe en mai 2021 avec les partenaires sociaux, un indice d’engagement des employés avoisinant les 85%, une grande flexibilité opérationnelle attestée par les clients et une meilleure disponibilité et fiabilité des équipements de manutention. A signaler que, malgré la pandémie mondiale (covid19) APM Terminals Tangier, a pu préserver son dynamisme en réalisant un volume de plus de 2 millions d’EVP sur 800m de quai et sur plus de 900 escales dans les meilleures conditions opérationnelles et de sécurité.

Source: lavieeco.com

Read More

Les artisans et les commerçants du Nord se mettent au e-commerce

Une série de rencontres de formation et d’accompagnement organisée en faveur des professionnels

Frappés de plein fouet par la crise sanitaire et économique, les artisans et les commerçants de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima sont appelés plus que jamais à développer leurs connaissances pour favoriser la modernisation et la digitalisation de leurs activités afin de conquérir de nouveaux clients aussi bien au Maroc qu’à l’étranger. C’est dans ce contexte qu’une série de rencontres de formation et d’accompagnement d’une quinzaine de jours est menée en faveur des professionnels et des coopératives, via la plateforme du e-commerce Jumia.ma, pour la promotion et la commercialisation de leurs produits sur le territoire régional.

Cette large campagne de formation et de sensibilisation à l’importance du e-commerce, dont le lancement officiel a lieu lundi 6 décembre, dans les locaux de la Chambre de commerce, d’industrie et des services (CCIS) de Tanger, ambitionne d’ouvrir de nouveaux horizons à travers l’inclusion digitale, la vente et la distribution en ligne afin de soutenir et accompagner les acteurs bénéficiaires pour mieux se rattraper de la période de confinement et des mesures de restriction prises pour faire face à la pandémie. Elle intervient dans le cadre d’un accord de partenariat signé le 22 octobre entre le Centre régional d’investissement (CRI) de la région de Tanger- Tétouan-Al Hoceima, l’Agence pour la promotion et le développement du nord (APDN) et le leader national et africain en matière de commerce électronique et de la logistique, Jumia Maroc, pour aider à la redynamisation économique et en particulier l’activité commerciale et artisanale au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

Le programme de cette campagne régionale sera composé d’une dizaine d’étapes avec son lancement le 6 décembre dans la ville du détroit. Elle poursuivra son chemin dans d’autres villes du Nord, notamment Asilah (7 décembre), Ksar Sghir (8 décembre), Larache (9 décembre), Ksar El Kébir (10 décembre), M’diq/Fnideq (13 décembre), Tétouan (14 décembre), Ouezzane (15 décembre) et Chefchaouen (16 décembre), avant de prendre fin le 20 décembre à Al Hoceima. Selon les dispositions de cet accord de partenariat, les parties signataires s’engagent à mobiliser leurs efforts et à faire, chacune de son côté, bénéficier les artisans, les commerçants et les représentants des coopératives de leur soutien et leur expertise dans le but de faciliter leur intégration dans le monde du commerce électronique et d’accroître leurs chiffres d’affaires à travers la vente de leurs produits en ligne. Dans ce sens, la plateforme Jumia.ma servira également d’espace de publicité en faveur des bénéficiaires à travers la création d’une boutique officielle dédiée à la commercialisation de leurs produits.

Notons que parmi les actions et les chantiers réalisés ou en cours de réalisation pour favoriser la redynamisation du commerce et de l’artisanat, il y a lieu de citer le projet de la nouvelle zone dédiée aux activités artisanales polluantes et nuisibles de Tanger (composée de 207 locaux) qui vient de faire l’objet d’une réunion entre les autorités, les représentants de la Chambre d’artisanat, les professionnels bénéficiaires ainsi que les autres partenaires concernés pour préparer et apporter les dernières retouches à l’opération de remise de la première tranche de cet espace.

Source: aujourdhui.ma

Read More

La ville de Tanger accueillera du 11 au 13 mai 2022 la 17ème Conférence Mondiale Villes et Ports

La 17ème Conférence Mondiale Villes et Ports, un rendez-vous international des acteurs du développement durable des villes portuaires, se tiendra du 11 au 13 mai 2022 à Tanger, ont annoncé les organisateurs, jeudi à Bruxelles.

Cette nouvelle édition été présentée lors d’une réunion du réseau mondial des villes portuaires (AIVP), qui organise cet événement international.

La Conférence Mondiale Villes et Ports, dont la dernière édition a été organisée en 2018 au Québec, se veut une occasion de faire le point sur les défis à relever pour les villes portuaires, d’échanger les expertises et de renforcer les partenariats entre les membres de l’AIVP.

Lors des « Rencontres de l’AIVP » à Bruxelles, le président-directeur général de l’Administration portuaire de Québec, Mario Girard, a officiellement passé le flambeau à la ville de Tanger pour accueillir la 17ème Conférence Mondiale Villes et Ports, initialement prévue en 2020, mais reportée à cause de la crise sanitaire liée au Covid-19.

S’exprimant à cette occasion, l’ambassadeur du Maroc en Belgique et au Grand Duché de Luxembourg, Mohamed Ameur, s’est félicité du choix de Tanger pour abriter cette Conférence internationale, notant que le ville du Détroit connaît depuis plusieurs années une dynamique de développement impulsée par une nouvelle vision d’aménagement du territoire qui consiste à revitaliser la façade méditerranéenne.

Dans ce contexte, a relevé l’ambassadeur, le port de Tanger Med a vu le jour et a réussi, en moins de 15 ans, à devenir la 1ère plateforme en termes de conteneurs en Méditerranée et en Afrique.

« Aujourd’hui, le port de Tanger Med est un hub portuaire, industriel et logistique », a-t-il souligné, notant qu’il s’agit aussi d’une plateforme de rayonnement au niveau national et régional et un moteur de développement du commerce international.

Selon l’ambassadeur, à l’image de la dynamique de développement que connaît la ville de Tanger, le Maroc est « un pays en plein mouvement et en pleine métamorphose ».

Outre les atouts du Maroc en matière de stabilité et de sécurité qui en font « une véritable exception régionale » et son rôle de pont entre l’Europe et l’Afrique, M. Ameur a également mis en avant les potentialités économiques du Royaume.

Il a expliqué à cet égard que le Maroc a réalisé des investissements colossaux dans les infrastructures et dans des secteurs hautement stratégiques.

Pour ce qui est des domaines environnemental et du développement durable, l’ambassadeur a de même mis en exergue les réalisations du Maroc qui lui ont permis de devenir le premier producteur d’énergies renouvelables en Afrique.

Sur le plan industriel, M. Ameur a indiqué que le Royaume est « une exception en terme de résilience et de réactivité », relevant que lors de la pandémie de Covid-19, l’industrie marocaine a fait preuve « d’une capacité extraordinaire d’adaptation ».

De son côté, Mohamed Ouanaya, président-directeur général de la Société de gestion du port de Tanger-ville (SGPTV), a souligné lors d’une intervention en visioconférence que la ville du Détroit connaît un véritable renouveau économique grâce à la réalisation de plusieurs projets structurants et de chantiers d’envergure.

M. Ouanaya a notamment évoqué le projet de reconversion du port de Tanger Ville qui vise à faire de la ville du Detroit une destination phare du tourisme de croisière et de plaisance en Méditerranée et à l’échelle internationale.

L’AIVP, qui organise la Conférence Mondiale Villes et Ports, est l’organisation internationale qui rassemble tous les acteurs, publics et privés, du développement des villes portuaires.

Cette organisation, fondée en 1988 et dont le siège est situé au Havre en France, vise à promouvoir le développement des villes portuaires en améliorant le dialogue entre les villes et les ports et en favorisant les échanges d’expériences entre places portuaires.

 

Source: maptanger.ma

Read More

Tétouan: Rencontre de concertation régionale pour promouvoir les initiatives en matière d’emploi et d’inclusion économique

Une rencontre de concertation régionale sur la mise en oeuvre du programme gouvernemental 2021-2026 en matière d’emploi, d’inclusion économique et de soutien aux initiatives individuelles s’est tenue, vendredi au siège de la province de Tétouan, afin de présenter les programmes et les initiatives lancés dans ces domaines et d’examiner les mesures pratiques à adopter pour assurer leur réussite.

S’exprimant à cette occasion, le ministre de l’Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences, Younes Sekkouri, a souligné qu’en application des Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI, le gouvernement a établi une feuille de route des programmes structurants dans le domaine de l’emploi et de la création d’entreprises au niveau national, en prenant en considération toutes les tranches d’âge, afin de donner une forte impulsion à l’emploi, à travers la simplification des procédures administratives, le rapprochement de l’administration des citoyens, et la mise en place d’une offre de formation qui répond aux besoins des régions.

Le ministre a assuré que ces programmes revêtent une importance particulière dans le cadre de la mise en oeuvre du Nouveau modèle de développement (NMD), et nécessitent la convergence des politiques publiques, pour poursuivre la mise en œuvre des projets et programmes en cours de réalisation et préparer le lancement des nouveaux chantiers programmés.

M. Sekkouri a indiqué que le gouvernement a lancé, dans le cadre de la mise en oeuvre du NMD, deux importants programmes dans le domaine de l’emploi et de la création d’entreprises, visant particulièrement à lutter contre les répercussions socio-économiques de la pandémie de la Covid-19, à travers la création d’opportunités d’emplois.

Il s’agit du programme « Awrach », doté de 2,25 milliards de dirhams (MMDH), qui profitera à 125.000 personnes en 2022, et du programme « Forsa », avec un budget de 1,25 MMDH, visant à accompagner les porteurs de projets et les petites entreprises, a-t-il relevé.

Le ministre a, à cet égard, fait savoir que cette rencontre régionale constitue une occasion favorable pour connaitre la situation du marché du travail et les chantiers lancés dans différents domaines, au niveau de la région, notant que la concertation avec le acteurs régionaux (autorités, élus et professionnels) vise à identifier les approches, regrouper les propositions pratiques au niveau régional, prospecter les opportunités possibles et à valoriser les acquis réalisés par la région, pour répondre à ses besoins réels, et identifier les projets géographiquement consolidés, que le ministère oeuvre pour accompagner, ainsi que se concerter sur les programmes « Awrach » et « Forsa », en préparation de leur lancement dans toutes les régions du Royaume au début de l’année prochaine.

Pour sa part, le Wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Mohamed Mhidia, a souligné que cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une série de réunions consultatives régionales programmées avec les différents acteurs économiques et sociaux, pour établir la vision finale des programmes « Awrach » et « Forsa ».

M. Mhidia a affirmé que SM le Roi Mohammed VI n’a eu de cesse d’accorder une importance particulière à l’élément humain, mettant l’accent sur le lancement de la feuille de route relative au développement de la formation professionnelle, qui constitue un levier stratégique pour stimuler la compétitivité des entreprises, et un facteur essentiel pour l’insertion des jeunes dans la vie active, et le lancement du chantier de la Cité des métiers et des compétences (CMC).

Et afin de renforcer la convergence des programmes, d’assurer leur efficacité et de faciliter l’accès au financement, plusieurs mesures ont été adoptées, dont la création de la commission régionale de coordination, le lancement d’une étude pour la création d’une Banque de projets faisables et l’organisation de concours pour renforcer le sens d’innovation dans le domaine d’entrepreneuriat, a-t-il fait savoir, notant que la wilaya de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a oeuvré, en partenariat avec des acteurs économiques et le conseil régional, à créer des zones d’activités économiques, notamment à Tanger et à la préfecture de M’diq-Fnideq, en vue de soutenir l’intégration du secteur informel.

Le Wali a, par ailleurs, relevé que l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), qui est à sa 3è phase, a connu une dynamique importante en matière de soutien aux initiatives individuelles, à travers son programme « Amélioration du revenu et inclusion économique des jeunes », avec la création de plateformes de jeunes, qui accueillent, au quotidien, un nombre important de jeunes, en leur offrant la formation et l’accompagnement nécessaires, pour créer des activités génératrices de revenus et réussir leur insertion dans le marché du travail.

Malgré toutes ces initiatives, a-t-il poursuivi, le financement reste toujours parmi les contraintes auxquelles font face les jeunes, notamment lorsqu’il s’agit des projets qui requièrent des contributions financières de la part de leurs porteurs, notant la nécessité de former les responsables chargés de l’accompagnement pré et post création d’entreprises dans les domaines de la fiscalité, du marketing et de la gestion commerciale, et d’adopter une approche territoriale économique en matière d’établissement et de mise en oeuvre de tous les programmes et initiatives, tout en accordant une importance particulière à l’économie sociale et solidaire, compte tenu du rôle central qu’elle joue dans le développement territorial.

M. Mhidia a ainsi appelé tous les acteurs économiques et territoriaux à encourager l’esprit d’entrepreneuriat chez les jeunes, à soutenir les initiatives individuelles, l’esprit d’entrepreneuriat et l’innovation, à faciliter l’accès au financement et à mobiliser le foncier destiné à l’investissement.

De son côté, le président du Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Omar Moro, a mis l’accent sur l’importance de cette rencontre qui aborde l’une des principales questions qui préoccupent les Marocains, citoyens et responsables, à savoir l’emploi, notant que l’adoption de cette approche participative et territoriale devrait contribuer à assurer la réussite des programmes lancés.

Il a souligné que cette rencontre consultative traite de la question de l’emploi et de la création d’entreprises qui constituent l’un des principaux challenges, qui figurent parmi les priorités du programme gouvernemental, saluant cette initiative qui s’inscrit en droite ligne avec les Hautes orientations royales, et le NMD, puisqu’elle vise à renforcer la qualification du capital humain, et à créer de la richesse et des opportunités d’emplois, afin d’assurer le développement durable.

M. Moro a noté que la question de l’emploi constitue le socle développement, et nécessite de bénéficier d’une attention particulière, notant que la réussite de ce chantier passe par la sensibilisation, la prospective, la planification, et la mise en oeuvre des projets, leur suivi et leur évaluation.

Le Conseil régional, dans le cadre de son adhésion aux efforts déployés pour réaliser le développement socio-économique, procédera, avec ses partenaires, à la poursuite des grands chantiers structurants engagés, au renforcement des infrastructures, et des installations économiques et industrielles, et à la valorisation du capital humain, à travers la formation, la qualification et le renforcement des compétences, afin de promouvoir l’attractivité de la région, a-t-il dit.

M. Moro a ajouté que le Conseil régional oeuvrera également pour la réhabilitation et la mise en réseau des entreprises locales et régionales, l’amélioration de la qualité et la modernisation des produits du terroir, et la diversification des produits et services, ainsi que pour la mise en valeur du capital immatériel et son investissement dans les activités économiques.

Quant au Directeur général du CRI de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Jalal Benhayoun, il a présenté un exposé dans lequel il a passé en revue quelques indicateurs socio-économiques de la région, le 2ème pôle industriel du Royaume, qui contribue à hauteur de 10,9% au PIB et affiche un taux de croissance annuel de 1,5%, notant que 10.200 entreprises ont été créées à fin septembre dernier dans la région, qui s’accapare 11% du nombre de certificats négatifs délivrés au niveau national.

Le responsable a, à cette occasion présenté les initiatives régionales pour le soutien de l’emploi et de l’intégration économique, dont le programme « Intelaka », qui a bénéficié à 3.250 personnes à fin octobre au niveau de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, avec des crédits financiers d’environ 649,6 millions de dirhams (MDH) et 7.718 opportunités d’emploi attendues, et le programme d’autonomisation économique des femmes de la région, avec une enveloppe budgétaire de 12 MMDH, lancé au niveau de la préfecture de M’diq-Fnideq et la province de Tétouan, et est en cours de généralisation dans les autres provinces et préfectures de la région.

A cela s’ajoutent le programme d’insertion par les activités économiques, avec une enveloppe de 10 MMDH, et d’autres initiatives, comme l’organisation de caravanes autour de la « convergence des programmes d’appui à l’entrepreneuriat, un levier d’inclusion socio-économique des jeunes », qui a bénéficié à 1.048 personnes au niveau de toutes les provinces et les préfectures de la région, la promotion des mesures d’accompagnement et des incitations de l’Etat offertes en faveur des porteurs de projets, des auto-entrepreneurs et des TPE/PME, et l’organisation d’un programme de sensibilisation communautaire pour la structuration des activités informelles, notamment au profit de 220 commerçants à la préfecture de M’diq-Fnideq et de la province de Tétouan, en plus de la contribution à la mise en oeuvre des 4 programmes de relance économique, a-t-il relevé.

M. Benhayoun a ainsi proposé notamment de promouvoir la convergence des programmes d’accompagnement, d’appui à l’entrepreneuriat et de promotion de l’emploi en termes de gouvernance et de suivi, développer une offre d’appui et d’accompagnement dédiées à l’économie sociale et solidaire, assurer la régionalisation et l’adaptation des programmes et des incitations à l’entrepreneuriat et à l’emploi aux spécificités des territoires et de renforcer l’offre de formation qualifiante pour répondre aux besoins d’insertion des non-diplômés, en plus d’accélérer la création de l’entreprise en ligne.

Cette rencontre s’est déroulée en présence notamment des gouverneurs des provinces et des préfectures de la région, du directeur général de l’Agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN), de la directrice générale de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), du président de l’Université Abdelmalek Essaâdi, du directeur de l’AREF, des chefs des services décentralisés, des représentants des instances élues et du secteur privé, et d’acteurs de la société civile.

Les précédentes réunions consultatives ont eu lieu à Souss-Massa, Marrakech-Safi, Casablanca-Settat, l’Oriental, Laâyoune-Sakia El Hamra, et Rabat-Salé-Kénitra.

Source: maptanger.ma

Photo

Read More

Région de Tanger : 300 commerçants bénéficieront de l’appui de Jumia

300 commerçants de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, se verront accompagner dans leurs activités, par Jumia Maroc, suite à une convention de partenariat signée entre le centre régional d’investissement(CRI-TTA), l’Agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN) et le site de commerce en ligne.

Le CRI de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et APDN ont signé ce 22 octobre, un accord de partenariat avec Jumia Maroc, pour accompagner les artisans et les coopératives dans la commercialisation de leurs produits.

cet accord a pour objectif d’offrir aux commerçants de la région de nouveaux horizons de distribution, à travers l’inclusion digitale, la vente et la distribution en ligne, tout en s’appuyant sur l’expertise et le réseau logistique et commercial de Jumia, leader national et africain en matière du commerce électronique et de la logistique. En effet, Jumia, le CRI et l’APDN, allient leurs efforts afin d’offrir à plus de 300 commerçants, artisans et coopératives de la région un accompagnement et une assistance de bout en bout permettant leur enrôlement progressif et efficace dans le monde du commerce électronique et la vente en ligne.

Ces commerçants bénéficieront également d’une très large campagne publicitaire, à travers les différents canaux de Jumia et d’une visibilité importante de leurs produits, via une boutique officielle sur la plateforme “Jumia.ma” spécialement conçue et dédiée à la commercialisation des produits des commerçants de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

« Ce genre de partenariat, vient s’ajouter aux différentes actions menées par l’écosystème de l’investissement au niveau de la région visant la promotion territoriale et l’accompagnement des PME/TPE et auto-entrepreneurs, notamment ceux opérant dans les secteurs du commerce et de l’artisanat », a indiqué le directeur général du CRI de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Jalal Benhayoun, qui a relevé que l’objectif est de renforcer leur compétitivité et leur résilience en leur offrant des circuits de vente et de distribution permanente et accessibles 24h/24 sur tout le territoire marocain, et remédier in fine à la problématique de la saisonnalité qui pèse lourdement sur l’activité du commerce au niveau de la région.

Pour sa part, le directeur général de l’APDN, Mounir El Bouyoussfi a expliqué que la commercialisation est le maillon faible du processus de vente chez les coopératives d’artisanat et de produits de terroir, spécialement dans le monde rural, relevant que ce partenariat qui vise leur intégration dans le circuit du commerce en ligne à travers un accompagnement multidimensionnel, leur permettra de gagner en visibilité et d’accéder à de nouveaux marchés potentiels pour développer et garantir la durabilité de leurs activités.

Quant au CEO de Jumia, Larbi Alaoui Belrhiti, il a estimé que la démarche inclusive qui sera initiée par Jumia auprès des commerçants de la région suite à ce partenariat consistera à faire migrer leur activité commerciale de l’informel vers le formel, ajoutant que cet accord contribuera grandement à dynamiser l’activité économique de l’ensemble de la région en offrant la possibilité aux commerçants de distribuer leurs produits sur tout le territoire marocain tout en profitant des différents canaux de distribution disponibles sur Jumia.

Source: industries.ma

Read More

LE MAROC LANCE SA MARQUE NATIONALE D’INVESTISSEMENT ET D’EXPORT « MOROCCO NOW »

Le Maroc a lancé officiellement, ce dimanche 10 octobre 2021, sa marque d’investissement et d’export « Morocco Now » et ce, en marge de la participation du Royaume à l’Expo 2020 Dubaï.

Cette initiative a pour objectif de faire rayonner le Maroc comme plateforme industrielle et exportatrice de 1er rang en capitalisant sur les atouts du Maroc comme destination d’affaires fiable et à fort potentiel.

Ainsi, cette plateforme met en avant la durabilité, la compétitivité et la flexibilité, qui reflètent le dynamisme économique et la compétitivité du Maroc.

En effet, au cours des 20 dernières années, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assite, le Maroc s’est doté d’infrastructures de commerce et de transport de premier ordre et s’est définitivement inscrit sur la voie du décollage industriel, Tanger Med 1ère connexion maritime en Afrique et sur la Méditerranée et la 20ème au niveau mondial ainsi que le cluster automobile, qui connaît la croissance la plus rapide au Monde contribuant fortement à la croissance des exportations marocaines qui ont augmenté de plus de 150 Mds MAD entre 2010 et 2019, illustrent ces avancées.

“Morocco Now” vient également répondre aux défis que rencontre l’économie mondiale pour accomplir une transition vers les productions décarbonées compte tenu de l’urgence environnementale, la pression des consommateurs et des nouvelles réglementations de par le monde. Pour sa part, la crise induite par la pandémie du COVID-19 a également conduit à la réorganisation des chaînes de valeur mondiales vers moins de dépendance globale et plus d’intégration régionale.

Durant la présentation de “Morocco Now”, la délégation marocaine venue dévoiler cette nouvelle identité a confirmé la mobilisation et l’engagement de toutes les parties prenantes publiques et privées, pour la réussite et la pérennisation de la marque nationale d’investissement et d’export.

Source: diplomatie.ma

Read More

Rentrée académique : le LYMED accueille sa première promotion MPSI

Dès la reprise académique 2021-2022 prévu pour ce 10 septembre 2021, le Lycée Méditerranéen (LYMED), accueillera sa première promotion d’élèves en filiale Mathématiques, Physique, Sciences de l’Ingénieur (MPSI) et des classes préparatoires scientifiques aux grandes écoles d’ingénieurs marocaines et françaises.

Cette première promotion du lycée comptera deux classes composées d’élèves, dont 36% provenant de la région du Nord. Porté par la Fondation Tanger Med, le LYMED est un établissement destiné aux élèves marocains les plus méritants, provenant de tout milieu social, et a pour mission de les former, dans leurs pays, dans un cadre inclusif de mixité sociale, propice au respect de la diversité et à la promotion de l’égalité des chances. En portant un tel projet, orienté sur le développement du capital humain, la Fondation Tanger Med participe à installer un socle d’excellence durable dans la Région du Nord.

Situé dans la zone de Tétouan Shore, à proximité de Cabo Negro, le campus du LYMED s’étend sur 3 hectares et offre un cadre d’études aux meilleurs standards, tant au niveau des infrastructures mises à la disposition des élèves, que des équipes encadrantes dédiées à leur accompagnement pédagogique. Les salles d’enseignement général et d’informatique sont équipées des dernières technologies de présentation et les quatre laboratoires thématiques répondent aux meilleurs standards d’enseignement en classes préparatoires scientifiques. Le campus du LYMED abrite également un centre documentaire, un internat, une cantine, un foyer des élèves, une infirmerie, ainsi que 12 000 m² d’infrastructures sportives (terrains de football, de tennis, pistes d’athlétisme…).

Le LYMED se trouve également au cœur d’un écosystème portuaire et industriel unique, dans une région qui dispose d’un important vivier d’ingénieurs compétents, qui pourront accompagner les élèves dans la conduite de leurs projets pédagogiques et pratiques, appelés Travaux d’initiative personnelle encadrés (TIPE).

Le LYMED est le fruit d’un partenariat entre la Fondation Tanger Med et le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. La Fondation Tanger Med, depuis sa création en 2007, œuvre au déploiement d’actions à fort impact sur le territoire dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’inclusion socio-économique et de l’environnement.

Source: Industries.ma

Read More